lundi 2 juillet 2012

Au pays des droits de l'homme


Bien que l'assemblée nationale n'ait plus vraiment de rôle dans la Ve république (elle ne fait qu'avaliser les décision du gouvernement, du même parti qu'elle), faut il aussi rappeler que cette même assemblée n'est absolument pas une transposition fidèle du paysage politique français. 
 
La démocratie "à la Française" révèle qu'elle ne représente pas les français équitablement. Car si l’on compare les chiffres des votes exprimés au premier tour de la Présidentielle -qui sont encore une fois ceux qui rendent le plus fidèlement compte de la réalité politique du pays- à la composition finale de cette « assemblée représentative » fraîchement élue, on obtient le résultat suivant :
  • Un député PS et apparentés représente 32 508 électeurs (10 272 705 : 316). 
  • Un député UMP et apparentés représente 42 779 électeurs (9 753 629 votes : 228). 
  • Un député EELV représente 48 726 électeurs (828 345 : 17). 
  • Un député Front de Gauche représente 398 482 électeurs (3 984 822 : 10). 
  • Un député Debout la République représente 643 907 électeurs (643 907 : 1). 
  • Un député Modem représente 1 637 561 électeurs (3 275 122 : 2). 
  • Et un député Rassemblement Bleu Marine représente 3 210 713 électeurs (6 421 426 : 2).
Quant aux électeurs du NPA, de Lutte Ouvrière ou de Jacques Cheminade, c’est encore plus simple : ils ne sont carrément pas représentés du tout !

Ainsi, dans la « patrie des Droits de l’Homme », dans cette France qui s’érige volontiers et partout à travers le monde en parangon de vertu républicaine, en donneuse de leçons démocratiques, les citoyens, et selon qu’ils votent bien ou mal, sont très loin d’avoir le même poids !

Le constat est accablant : un électeur du PS est ainsi et par exemple dix fois plus représenté qu’un électeur du front de Gauche, cinquante fois plus représenté qu’un électeur Modem… Et cent fois plus qu’un électeur du Front National !

Oui, vous avez bien lu : en 2012, dans notre République Française, à l’Assemblée Nationale censée incarner la légitimité populaire, la prise en compte d’un citoyen français varie, de un à cent : cent électeurs du Front National valent pèsent autant qu’un seul électeur du Parti Socialiste…

Qui pourrait encore, après l’énoncé de ces réalités, parler de démocratie aujourd’hui en France ? Quel républicain sincère, quel véritable honnête homme oserait accorder le moindre crédit à cette lamentable farce, à cette sinistre mascarade ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire