mardi 16 octobre 2012

De la Corrèze au Zambèze ...


Parmi tous ces présidents français, l’arrivée de MITTERRAND avait le plus suscité l’espérance d’une rupture avec la françafrique. Quelle erreur! Le ministre de l'époque Jean-Pierre COT qui en "faisait trop" pour que le pillage de l’Afrique soit réduit –réduit, pas supprimé- fut démis de ses fonctions et remplacé par Christian NUCCI. La suite est connue : assassinat de SANKARA, coups d’état, tartufferie, sabotage des soulèvements populaires, appui à la répression sanglante des tyrans africains, le pétrole du Gabon et le génocide des tutsis au Rwanda (au sommet de l’ignominie!)... 

Aucun des dirigeants de la Gauche française n’a désobéit aux principe de M FOCCART qui voyait l'Afrique comme "l’arrière-cours" de la France. Rappelons aussi que les initiateurs de la colonisation, GAMBETTA, FERRY, JAURES, BLUM, étaient tous des Républicains de gauche. Quand je vois les africains se réjouir de l’arrivée de HOLLANDE cela me laisse un goût étrange et triste. C'est même aberrant. Car c’est à croire que le changement de maître change soudainement le statut de l’esclave. L’esclave préfère compter sur l’humanité du nouveau maître, la bonté de son cœur, sa gentillesse et sa bonne mine. C’est désespérant! 

Au fond qu’a promis HOLLANDE? La fin de la françafrique. Rompre avec la Françafrique et construire de nouveaux rapports basés sur l’égalité et la solidarité. SARKOZY avait-t-il promis et dit autre chose à propos de la Françafrique? Et CHIRAC? Et MITTERRAND? Et GISCARD? Et POMPIDOU? Et DE GAULLE? Qu’ont-ils fait de leur promesse? Les africains qui sautent de joie aujourd’hui vont vers une immense désillusion. Le Franc CFA sera maintenu, les bases militaires françaises aussi, l'agriculture coloniale sera conservée, la francophonie et ses rituels seront maintenus, les coups d’état contineront, les tyrans resteront, les immigrés africains «inutiles» et jetables seront toujours renvoyés et les multinationales françaises seront toujours reines.

Deux cas me révoltent particulièrement: son discours à l'ONU où il parle pour l'Afrique et son voyage à Kinshasa.

A propos du discours, il est incroyable que depuis un temps, la France se soit substituée à la voix de l'Afrique dans le monde. M HOLLANDE n'a pas le droit, ni radio France, ni dans toute autre institution française de remplacer les Africains et s'arroger le droit d'être le porte-parole, le protecteur, de toute l'Afrique, et à parler pour eux. Ni à l'ONU, ni ailleurs.

Quant à son déplacement à Kinshasa pour une messe néo-coloniale, appelée Francophonie, rappelons qu'à l'intérieur du pays, c'est la désolation. Des maladies disparues, comme la polio, la lèpre, sont réapparues. Le virus d'Ebola est dans la capitale. Le Kwashiorkor est la règle dans les campagnes. Le choléra n’effraie plus tellement il est partout. Le peuple meurt et observe cette fête avec consternation et dégoût.

Je pense aussi à ce Président, qui avait promis de ne pas tergiverser avec les principes démocratiques, de se rendre dans ce pays où, de façon flagrante, ces principes sont ridiculisés, où les autorités sont des petits escrocs et des incapables notoires, où le pouvoir tue et vole sans gants. HOLLANDE s'est rendu chez un dictateur accompagné de sa madame Pompadour. Que n'aurait-on dit si c'eût été SARKOZY?
Je pense aussi à toute cette gauche caviar qui s'offusque de la condamnation des Pussy Cats en Russie alors qu'ils ne sont pas au courant de la misère noire qui broie le peuple Africain. 

Et pendant ce temps, des millions sont dépensés pour fêter une langue, le français, qui, comble de l'ironie, n'est même celle des habitants du Gondwana.

Côté Français, je constate qu'il n'y a, malheureusement, pas encore de TGV entre Kinshasa et Paris. Je suppose donc que HOLLANDE a pris l'avion, et bien évidemment en Falcon. Avant d'aller en Afrique il aurait mieux fait de régler les problèmes de la France.
Les Français seront une fois de plus obligés de demander pardon, encore et toujours, pour ce qui s'est passe il y a plus de 160 ans. Ils devront encore et toujours payer pour le temps de l'esclavage. Ce temps a été reconnu comme un crime contre l’humanité, n'est ce pas suffisant? Nous donnons des centaines de millions d'euro à l’Afrique, nous prenons en charge des milliers d'Africains dans notre pays, n'est ce pas suffisant? A un moment donné, il faut tourner la page de l'histoire, pour pouvoir continuer à avancer. Les Français de 2012 ne sont pas responsables de ce qui s'est passé au 17ème siècle. Il n'ont pas à payer pour ce qu'ils n'ont pas fait! Les Africains d'aujourd'hui, n'ont pas vécu cette période, ils n'en ont pas souffert, les Français ne leur doivent rien! Le gouvernement, en voulant "réparer" risque au contraire de faire monter l’intolérance et le racisme.

Et voilà que nous allons encore envoyer notre piètre Président agiter ses petits bras pour faire craquer la caisse et envoyer 130 millions d'euros dans ces pays. Pour l'armement, les surplus industriels et les dictateurs, certainement. 130 millions pour que ses dirigeants puissent acheter des 400 m² avenue Foch à Paris.

Encore un déplacement inutile que nous financerons de notre poche pour permettre à cet imbécile de voir des tigres, des kangourous géants et des "rominets". Qu'il leur vende du rêve, avec son charisme magnétique et son éloquence de tribun!

J'aimerais aussi qu'on prévienne notre Président que ses références à son idole, Jules FERRY -"Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures"- peuvent choquer à Dakar...

Enfin, j'espère qu'il n'aura pas oublié de prendre sa nivaquine. 
Déjà qu'il n'est pas très nerveux...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire