lundi 15 octobre 2012

Prix Nobel pour l'Union? je crois rêver ...



De Mère Térésa (Nobel, 1979) à l’Union, il n’y a désormais qu’un pas ! En pleine crise, et après une intervention militaire plus que discutable de plusieurs de ses membres en Libye, l’Union se voit en effet attribuer le Nobel de la Paix à Oslo. Alors oui nous pouvons insister sur le rôle unificateur et pacificateur de cette institution, mais rappelons aussi certains faits plus récents et moins glorieux. 

La paix, la démocratie et les Droits de l’Homme ?

Ce Prix tombe donc en pleine crise économique, dont les PIIGS sont les meilleurs exemples. Faut-il rappeler les mesures néo-libérales décidées ces dernières années par les stratèges de l'Union, ainsi que les plans de redressement économique (lire: "mesures d’austérité") adoptés par les pays membres?

Le Nobel salue aussi la constante démocratique. Je resterais plus nuancé sur le sujet... Je pense notamment à différents "contournements" de la démocratie lorsque les résultats d’une consultation populaire ne plaisaient pas à nos élites.

C'est le cas des référendums "pour ou contre le Traité européen de 2004". La loi statuait que si un seul des vingt-sept ne ratifiait pas celui-ci, le traité ne pourrait être mis en vigueur. C’est ainsi que près de 55% des électeurs français (taux de participation: 69%) ont dit "non". Celui-ci sera rebaptisé "Traité de Lisbonne" trois ans plus tard et, mis à part le nom, reprendra tous les articles du précédent traité. Il sera ratifié sans aucune consultation. Le résultat du vote avait donc été ignoré. Les Pays Bas dirent aussi "non" au Traité (62% pour un taux de participation de 63%). Les partis bataves balayèrent la consultation et ratifièrent eux aussi le Traité ...
 
Une promotion bien maladroite de la démocratie...

Bien que l’UE ne décide généralement pas d’interventions militaires, elle le fait la plupart du temps sous couvert de l’OTAN. 

L’exemple le plus récent de cette faillite à exporter pacifiquement la démocratie a été l’intervention de certains pays membres en Libye (UK, FR, BE). 

Cette résolution, certes louable en théorie, vira rapidement à une intervention illégale : bombardements de l’OTAN, déploiement de soldats sur le territoire, armement des rebelles (parmi lesquels la section libyenne d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, que l’on ne tardera pas à retrouver dans des conflits au Mali et en Syrie), renversement du régime etc. Ce fut tellement une réussite qu’à peine libérée de la charia, la Libye annonça la mise en place de... la charia! Une magnifique affaire donc ...

Je pense aussi au Royaume-Uni et à la Pologne, qui secondèrent l’attaque impérialiste des USA contre l’Irak en y envoyant des soldats. 

Le même scénario de soutien eu lieu en Afghanistan grâce à la Belgique, la France et le Royaume-Uni qui dépêchèrent de nombreuses troupes sur place. Une brillante réussite démocratique sur le grand acquis social qu’est la légitimation du viol conjugal et de la pédophilie par le président Karzai. J'applaudis de mes deux mains et de mes deux pieds.

Les cas de l’ex-Yougoslavie ou du soutien à l’occupation israélienne pourraient également être abordés mais passons ...

Quelle attitude face aux tensions actuelles et de demain ?

Quelle est aujourd'hui la position de l’UE concernant les très bonnes relations entre Israël et l'Iran.  

D’hypothétiques frappes militaires de Tel-Aviv vers Téhéran pourraient rapidement dégénérer en conflit global ; nous assisterions ainsi certainement à une riposte de l’Iran, appuyée par le Hezbollah libanais. L’importance du maintien "de la paix" dans ces territoires se solderait par une fuite en avant, avec une intervention des USA et de leurs alliés européens et arabes (Arabie Saoudite, Qatar...) contre ... la Chine et la Russie, partenaires économiques favorisés du régime iranien.

Pour finir, l’Union tente aussi de pousser à une intervention armée en Syrie qui pourrait facilement embraser un Proche-Orient convoité de toute part en raison de ses ressources pétrolières (l’Iran étant l’un des principaux alliés de Bachar el-Assad).

Ce Nobel est donc pour le moins contestable au vu des faits. On peut se demander aussi si il n’y a pas là une tentative de faire avaler à l’opinion publique une sorte de propagande promouvant la paix et la démocratie, afin de masquer une Europe va-t-en-guerre imposant l’austérité à son peuple. Cela semble d’autant plus vrai à l’heure de la ratification d’un Traité budgétaire européen.
 
Mais quels qu'en soient les véritables motifs, une chose est sûre: l’élection de personnalités excessivement pacifiques telles que Henry Kissinger, Barack Obama et de l'Union peut nous pousser à nous poser quelques questions sur l’objectivité et le sérieux dont fait preuve cette institution.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire