vendredi 4 janvier 2013

Leçons de vie




Je suis une fois de plus surpris du mépris que témoigne la gauche en général après ses concitoyens. Après les foudres de la place Beauvau sur Monsieur DEPARDIEU, traité de minable, voilà que Monsieur HAMON s’en prend à Monsieur MELANCHON qui "ne servirait pas à grand-chose". Je m’interroge du coup sur la docilité et l’utilité au gouvernement de Monsieur  HAMON. J’ai peine à trouver trace de l'influence des idées naguère défendues par le sous-ministre dans l'action du gouvernement...

Monsieur HAMON est plutôt un expert dans l'art d'avaler des couleuvres. Et toi, d'où parles-tu, camarade ? Benoît HAMON, pour ceux qui l'auraient oublié, c'est ce jeune apparatchik rocardien devenu confondateur du courant de gauche "Un monde d'avance". Le même homme qui présida dernièrement à la dissolution de la gauche du PS dans le hollandisme triomphant. Un sous-ministre qui poussa la docilité jusqu'à se rallier au dernier congrès du PS au texte à prétention hégémonique du fan club du président et de la coalition des éléphants. La gauche du PS est en déclin constant, et son influence est aujourd'hui quasi nulle. Les plans d'austérité "d'une ampleur inégalée", la capitulation face à MITTAL, le chèque de 20md€ aux actionnaires aux frais de la République... n'a rien su empêcher ni même atténuer ou tempérer.

Pis encore, en bon ministre astreint à la solidarité gouvernementale, Monsieur HAMON cautionne la dérive libérale du gouvernement –ce qui au passage, pour mes idées libérales, est tout bénef-.

Rappelons aussi les idées farfelues de cet éternel lycéen, stalinien, qui a lancé la vaste fumisterie des SCOP qui sont le modèle Français du Kolkhoze ou du Kibboutz. Et comme dans toute tempête de bisous, notre ministre vient de lancer sa Loi ESS (illisible bien sûr). Aussi, ne voulant pas repartir sans avoir brûlé une petite montagne de cash, le gentil Benoît a décidé la création d'un guichet d'accueil spécifique au sein de la future Banque Publique d'Investissement, aux frais des con-tribuables. La même qui va claquer injecter et faire exploser des sommes considérables dans les petits pistons de l'industrie française afin de faire rugir de plaisir le moteur économique national. Pour cela, 500m€ seront fléchés vers l'économie socialiste. Tout ceci sent de façon entêtante l'odeur de l'interventionnisme étatique en pure perte. Les Français ont-ils à ce point besoin d'être pris par la main pour être dirigés vers des idées médiocres ? Oui, certes, je sais, ils votent socialistes depuis 40 ans, réclament toujours plus d'état et se plaignent lorsqu'ils l'ont (radars, fichages massifs, taxes, impôts, bailouts bancaires, corruptions, marchés englués dans une pléthore de lois, caméras de surveillances partout, etc...). Certes, ils réclament toujours plus d'impôts pour les autres, chacun leur tour, assurant un arrosage égalitaire de la misère et de la vexation. Certes.

Aussi, avant de faire la leçon à l'homme aux 4 millions de voix, ce petit ministre serait bien inspiré de dresser son propre bilan. MELENCHON peut piétiner. MELENCHON peut se tromper. MELENCHON peut échouer. La pertinence de la stratégie du Front de Gauche peut être discutée. Mais lui au moins ne renonce pas, tant il est vrai que les seules batailles qu'on sûr de perdre sont celles qu'on renonce à mener.

HAMON est pareil aux autres poissons sortis de leur eau qui s'agitent, les yeux glauques et la bouche ouverte, à la recherche désespérée d'un vague truc dont ils ont l'habitude pour s'y replonger et sortir de cette apnée mortelle que la situation force sur eux. Cela s'agite, cela ouvre la bouche, cela frémit, mais cela fait absolument rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire