vendredi 15 mars 2013

L'immoralité française

Le paysage intellectuel français nous offre tout une palette de moralistes de gauche et de droite qui aiment à fustiger la perte des valeurs et le désordre moral liés, naturellement, aux politiques néolibérales qui auraient été mises en œuvre en France. Une petite perspective internationale ne faisant jamais de mal, voici une statistique tirée de World Value Survey sur la moralité de nos compatriotes comparée à celle d’un panel de 17 pays développés pour lesquels les données sont disponibles.
 
Lorsqu’on leur demande de juger le fait de réclamer des aides sociales indues, les Français sont 42% à estimer que ce n’est « jamais justifiable ». C’est le score le plus faible de notre panel de 18 pays : juste après nous, les Coréens du sud sont 47% à condamner formellement cette attitude et aux Pays-Bas le chiffre atteint 80%. De la même manière, 3,3% de nos compatriotes estiment que la triche aux aides sociales est « toujours justifiable » : seuls les Sud-Coréens atteignent un score plus élevé (3,4%) tandis que chez nos voisins Suisses, Italiens et Allemands, cette proportion est inférieure à 0,6% des personnes interrogées. 
 
Quant à notre attitude face à la corruption, ce n’est pas beaucoup plus brillant : seuls 63% de nos compatriotes estiment qu’elle n’est « jamais justifiable » ce qui nous place en deuxième place sur 18, juste derrière les Suédois (61%) mais loin devant les italiens qui condamnent la corruption à 86%. Ce résultat se confirme avec la proportion de Français qui pensent qu’elle est « toujours justifiable » : 1,8%, loin devant les autres et en particulier les Italiens – décidément très sensibles sur ce point – qui ne sont que 0,1% à partager cet avis.
 
Un dernier pour la route: la fraude fiscale. Nous ne sommes que 48% à estimer qu’elle n’est « jamais justifiable » : là aussi, c’est le score le plus faible du panel. Nous sommes suivis par les Norvégiens (50%) et ce sont nos amis Japonais qui se montrent les plus stricts en la matière avec un score de 80%. À l’opposé, 3,8% des Français considèrent que la fraude fiscale est « toujours justifiable » : c’est le chiffre le plus élevé du panel ; les Néerlandais, qui arrivent en deuxième place, ne sont que 2,3% à penser la même chose tandis que les Sud-Coréens et les Espagnols ne sont que 0,3%.
 
Bref, notre société de la défiance est effectivement une société immorale mais – n’en déplaise à nos pourfendeurs de mondialisation – c’est une spécificité bien française : au total, sur les trois critères listés ci-dessus, nous sommes les champions du monde de l’immoralité. Bien sûr, comme le notaient très justement Yann ALGANet Pierre CAHUC, ce n’est pas une fatalité : c’est notre système qui crée ça depuis la libération ; un système dans lequel, au risque de paraphraser BASTIAT, « tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire