jeudi 25 avril 2013

Strip-tease patrimonial chez les pontes socialistes



Celui qui avait fait campagne, entre autres mensonges, sur une République irréprochable, vient de se prendre lamentablement les pieds dans le tapis des immondices morales, accumulées par son parti de tricheurs-menteurs-voleurs, récemment dévoilées par l’involontaire pas de clerc de CAHUZAC…

Comme à son habitude, monsieur a cru qu’il lui suffirait d’arborer son sourire niais et d’entonner ses incantations habituelles d’enfumage, pour que les citoyens n’y voient que du feu; sa dernière trouvaille, par soucis de transparence dit-il… étant d’exiger de ses troupes qu’elles se mettent «à poil» en livrant à la populace (qu’ils exècrent) les dessous de leurs patrimoines.

Réactions mitigées des candidats: certains s’empressent, avec un zèle très vite suspect, de déballer leurs modestes pécules, tellement modestes d’ailleurs qu’ils en deviennent vexant pour ceux à qui ils sont destinés. D’autres au contraire se ruent dans les brancards et vitupèrent de devoir ainsi se dénuder devant le petit peuple… devenant illico également très suspects.

Dans le premier groupe, nous avons la BELKACEM – porte-mensonges du gouvernement (comme l’écrit Christophe LABARDE dans Boulevard Voltaire) qui a déclaré sans rire à iTélé lui demandant «si les conjoints des membres du gouvernement seraient concernés  par la loi préparée par Jean-Marc AYRAULT dans la foulée du scandale CAHUZAC?»: «Nous verrons dans le projet de loi jusqu’où s’étendra l’obligation de transparence. Elle devrait s’étendre aux collaborateurs des ministres. S’agissant des conjoints, pour l’instant, il n’en est pas particulièrement question.» Et pour cause, Najat: les sous-fifres, oui, mais le mari, non! Comme certains se sont sans doute empressés de virer les trop-pleins de leurs comptes sur ceux de leurs proches: conjoints, parents, enfants, canaris, ratons-laveurs… il est plus qu’évident que vous allez assurer vos arrières en demandant à l’inconscient de l’Elysée de mettre un bémol à ses humeurs effeuilleuses.

D’autant plus que si l’on en croit les rumeurs, le modeste patrimoine de 25.000€ annoncé, serait, d’après les mauvaises langues (mais calées en additions) de 85.000€, mais bon, nous n’allons pas chipoter pour 60.000€...

Et de rajouter devant les caméras «Avoir de l’argent n’est pas un vice en soi. La question, c’est d’abord la provenance des biens et si, pendant la durée de votre mandat, vous vous enrichissez de façon qui pourrait être indue». Elle est vraiment rigolote, hein? Surtout quand elle continue: «Il y a eu un choc de défiance. Les Français ont besoin d’être rassurés sur la probité de leurs élus.», ou encore: «La démocratie n’a rien à craindre de la vérité. Le coup de balai préconisé par certains? Pour moi, c’est comme le karcher de Nicolas SARKOZY, ça n’a aucun sens, c’est un aveu d’impuissance.»

De la vérité surement, mais des socialistes, au contraire, tout est à craindre. Ainsi d’ailleurs que le rappelle Christophe LABARDE dans lettre qu’il lui adresse sur Boulevard Voltaire: «…Cumularde notoire dans un gouvernement qui se rêve exemplaire et dans un pays qui bat ses records de chômage, voici que vous vous présentez, à l’occasion d’une conférence de presse spécialement organisée à Lyon, comme un modèle de bonne conduite parce que vous démissionnez de deux mandats locaux bénévoles (conseillère municipale de Lyon et conseillère communautaire du Grand Lyon). En oubliant de préciser que vous cumulez quand même encore avec un troisième mandat qui vous permet de compléter votre rémunération de ministre pour la porter au maximum autorisé par la loi…».

Et si l’on ajoute à tout ce qui précède, son poste «officieux» de taupe du roi du Maroc, peut-être vecteur de nombreux avantages et privilèges, nous sommes en droit d’émettre comme un léger doute sur la déclaration de patrimoine de la donzelle.

Nous avons ensuite Harlem DESIR, nouveau No 1 du PS, condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende pour recel d’abus de bien sociaux, pour avoir reçu des salaires fictifs d’une association autre que SOS Racisme, où il sévissait à l’époque, ce qui le rend déjà suspect tant pour son honnêteté que pour sa transparence.

Comme sa copine BELKACEM, il nous sert un superbe enfumage en direct de son propre blog: «Je me réjouis de l’annonce par le Premier ministre de la présentation d’un projet de loi sur la moralisation de la vie politique en Conseil des Ministres dès le 24 avril prochain... Après la baisse de la rémunération du président de la République et des ministres, le premier gouvernement paritaire, la charte de déontologie pour les ministres, c’est une nouvelle étape décisive de la modernisation des institutions et de la moralisation de la vie politique qui est engagée par ce projet de loi.» 

Un mec vraiment bien ce Harlem… alors sa déclaration de patrimoine: 20.000 malheureux euros, pour un salaire mensuel de 8.000€ en tant que député européen, vous pensez s’il est crédible!

Et puis il y a les autres, ceux qui renâclent à étaler leur intimité devant la France entière, au premier rang desquels figure le fameux (ou fumeux, au choix) BARTOLONE, suivi sans doute pas bien loin par le faux cul de MELENCHON, qui lui refuse formellement de dévoiler son patrimoine… et pour cause!

Claude BARTOLONE, qui mène cette fronde contre la publication de patrimoine des élus que veut mettre en œuvre le gouvernement à la suite du blanchiment de fraude fiscale par CAHUZAC, ex-ministre PS du Budget, a toutefois rétropédalé, assurant avoir avec ce dernier «des différences sur la forme beaucoup plus que sur le fond. Je suis persuadé qu’avec le Sénat, nous pouvons voter une loi à une très grande majorité, pas seulement de circonstance mais qui garantira la transparence et honnêteté des élus sur la durée», a-t-il affirmé. Le consensus est possible «à condition de laisser le Parlement faire son travail». Les élus ont-ils peur de la transparence? «Au contraire», a-t-il encore juré, maquillant sa pensée. «Nous réclamons des déclarations de patrimoine, du contrôle et des sanctions maximum», mais la publication, «non».

Mais, qu’ils soient d’accord ou pas d’accord, les élus PS (ou alliés) ont tellement l’habitude de mentir comme des arracheurs de dents, qu’on a le plus grand mal à croire leurs déclarations, dont certaines confinent au foutage de gueule total. C’est d’ailleurs là où le bas blesse dans cette comédie de la transparence qui ne veut absolument rien dire: publier son patrimoine si le grand patron l’exige… on peut finalement s’y soumettre, car finalement rien ne dit qu’il doit être absolument exact ce patrimoine, et l’on sait fort bien que les élus PS sont super champions dans l’art de l’à-peu-près, du bidouillage et du mensonge caractérisé.

Une question, simple mais précise, se fait jour dans mon esprit enfiévré: le brillant gouvernement actuel et ses deux super chefs, ne seraient-ils pas tout bonnement en train de nous prendre pour des abrutis? Je livre cette intéressante énigme à votre sagacité, persuadée qu’après quelques heures de méditation concentrée, vous saurez y apporter réponse.

De mon côté,  je vais faire circuler une enveloppe dans mon entourage, avec la mention «à votre bon cœur… c’est pour des pôvres ministres, qui malgré des salaires… (bah, de ministres justement), abattements sur impôts, avantages en nature, et cumuls d’emplois … n’arrivent pas à joindre les deux bouts et sont obligés pour certains, d’ouvrir plusieurs comptes bancaires dans le but de sauver la face, en faisant croire qu’ils roulent sur l’or, alors qu’en fait ils n’ont que quelques centaines d’euros sur chacun… voire une 4L pour la DUFLOT, une demi place de parking pour MONTEBOURG, et 3 vélos pour TAUBIRA!». Et qu’après cet indécent déshabillage, ils puissent cesser d’aller les fesses à l’air et se vêtir enfin correctement.

D’un autre côté, ils sont tous d’une telle indécence et sans aucune pudeur, qu’on se dit que finalement ce strip-tease imposé leur va comme un gant (si j’ose dire)! Et puis quand je disais que l’innocent s’était pris les pieds dans le tapis en pensant évacuer le problème avec cette nouvelle forme d’enfumage… c’est parce que cela a donné à quelques-uns des idées de recherches dans son propre patrimoine, celui de la concubine notoire qu’il impose au monde entier (malgré son manque de classe, de charisme et de légitimité) mais aussi celui de leurs déclarations de revenus des sept dernières années, sûrement séparées pour échapper à l’ISF. 

Un feuilleton hautement intéressant est en train de voir le jour; aux citoyens d’être vigilants pour surveiller la suite du tournage, et sa passionnante conclusion!

Paris XIVe, 25 avril 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire