vendredi 7 juin 2013

Lettre ouverte aux fanatiques


Chers ardents défenseurs de notre civilisation en déclin à cause des homos, des immigrés, des cas soc', de l’Europe, des communistes, chers gars de la Marine, et du pauv' adorateur de Jean-Luc, chers (con)citoyens, chers catholiques, musulmans et croyants de tous bords, je m'adresse à vous.

Trouvez-vous normal que des individus se promènent en bande partout dans votre pays, la France, vêtus de bombers, de rangers, de treillis militaire, de signes nazi tatoués sur le corps, de T-shirt revendiquant appartenir à une race pure et supérieure et détenteurs d'armes blanches? Trouvez-vous normal que ces milices -car il s'agit bien de cela- répondent à des provocations verbales par l'ultra violence pouvant entraîner la mort sous prétexte que cet enfoiré l'avait bien cherché? Etes-vous si désespéré au point de penser que la solution finale serait la seule issue à nos emmerdes? Trouvez vous normal de voir des familles défiler avec pour chars des poussettes remplies de mômes qui ne comprennent rien à ce qui se passe et que l'on utilise pour remplir les rangs des manifestants ou comme bouclier humain contre des agents de l'ordre?

Récemment, l'un des vôtres a expliqué qu'il serait souhaitable de stériliser les cas soc' car à quoi bon leurs laisser faire de futurs chômeurs?.. Puis il a rajouté que l'on devrait leur donner à tous un balai pour les faire bosser gratos en échange des allocs et que s'ils refusent, alors on leurs couperait les vivres. Et puis tant mieux s'ils crèvent la gueule ouverte, ça serait des parasites en moins dans votre (si belle) société.

Que se passe t-il dans vos têtes, dans vos coeurs, dans vos vies? Que se passe t-il pour que vous trouviez tout cela normal? Que se passe t-il pour que la haine et le rejet de la différence deviennent ordinaire? Trop de machins, trop de noirs, trop de juifs, trop de pédés, trop de communistes, trop de profiteurs, trop d'Europe et puis quoi encore? Trop de handicapés? Trop de chinois? Trop de vieux? Trop de malades?

Que vous arrive-t-il? Vous êtes devenus fous en pensant que vous détenez la raison? Où est passée votre humanité? Savez-vous que vous êtes vivants? Savez-vous que la vie est belle? Savez-vous pourquoi vous êtes l'élu? Êtes-vous convaincus que votre vie ne sert qu'à faire du fric et haïr son prochain? Savez-vous que vos semblables sont vos égaux au point de pouvoir se reproduire ensemble en mélangeant nos gênes? Savez-vous que mêmes les homos peuvent se reproduire et avoir des enfants naturels (hé oui bonhomme, tu savais pas?)

Savez-vous tout cela ou êtes-vous complètement lobotomisés, zombifiés et aveuglés par votre souffrance? Savez-vous que vous souffrez? Savez-vous ce qu'est la souffrance? Savez-vous que la famille et les proches de Clément souffrent? Savez-vous quelle souffrance ressentent des parents qui viennent de perdre leur enfant? Savez-vous que la haine n'engendre que la haine? Savez-vous que la violence n'engendre que la violence?

Savez-vous que je souffre en constatant que votre pays, la France, se décompose? Savez-vous que j'ai envie de vomir et de pleurer devant tant de souffrance humaine? La vôtre, la leur, la sienne? Savez-vous que je souffre de vous voir souffrir? Savez-vous que je souffre de n'être plus fier de vous? Savez-vous que je souffre de perdre espoir en des jours meilleurs. Que je souffre de penser qu'inéluctablement, la délivrance et la libération de nos souffrances ne se fera que dans la douleur?

Mon peuple et mes origines sont prisonniers de leurs phobies. La France est paranoïaque, amnésique et schizophrène. Elle cède à la haine, l'individualisme et la violence en pensant que c'est le remède à ses souffrances. Mon peuple est manipulé et déshumanisé pour le compte de l'argent, d'une couleur de peau, d'une religion, d'une sexualité, d'une idéologie... Mon peuple se divise, se déchire et banalise la violence la mort.

Toi qui m'a lu jusqu'ici, regarde toi dans le mirroir et pose toi cette question: "Si c'était ton fils?"

Sincères condoléances à la famille et aux proches de MERIC, sincères condoléances encore au jeune étudiant de l'ENSAM mort cette nuit pour n'avoir pas donné une cigarette, condoléances encore aux personnes assassinées en Corse, à Marseille, aux victimes juives de Toulouse dans l'affaire Mehrah et aux pédés battus dernièrement dans la rue par des lobotomisés de cette vieille folle de Frigide. A tous les enfants qui ne naîtront pas de ces victimes. Condoléances à tous ces morts "pour rien" ou plutôt morts pour des idéologies bidons que certains portent en croyant qu'ils détiennent la vérité.

Sincères condoléances enfin à la France, toi, petit pays qui n'est plus rien, et qui suffoque à l'aulne de ta dernière heure. Je ne pleurerai pas sur ton sort, ta tragique histoire qui pourtant commençât si merveilleusement et qui se finit avec tant d'insipidité...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire