mercredi 25 septembre 2013

Sauve qui peut! ... des roms dans le palais de la marquise!


Madame la Marquise, Premier Ministre de France, et bien chère Edith,

J’ai failli avoir une once de compassion pour vous qui êtes une grande Dame de ce monde et qui voyez malheureusement s’installer en vos terres plusieurs centaines de « gens du voyage »  issus « de la diversité » comme se plaisent à les qualifier vos coreligionnaires. Alors pensez donc que je comprends votre stupéfaction, et plus généralement l’exaspération de la société civile, quand vous dites que ces gueux défèquent à loisir dans vos jardins et s’y nourrissent en dérobant de votre verger les quelques légumes, fruits et bois que vos serfs se plaisent à planter et à stocker en vos lieux. Et j’avoue que je suis saisi avec toutes mes tripes de l’effarement que vous pouvez ressentir, Madame CRESSON, pour tous ces menu-larcins domestiques qu’ils profanent sur vos propriétés. C’est tout simplement abominable et illégal et bien entendu, ne respecte définitivement pas nos règles de vie communes, ni notre charte républicaine…

Je comprends donc votre colère, et souscris à votre dénonciation l’attitude du préfet local socialo bobo-caramélisée ainsi que les autorités de l’État plus généralement, tous incapables de faire assurer l’ordre public autour de votre manoir et de ses huit hectares que vous occupez de votre estimable personne… D’autant que ce fonctionnaire zélé et « pince sans rire » a l’outrecuidance de permettre ces attitudes délictueuses au nom de « la culture particulière » de ces « gens », tous entrés le plus souvent illégalement dans nos contrées. Pourtant, ce dernier n’applique-t-il pas, dans sa plus grande rigueur, impartialité et sagesse, le principe si cher à vos amis, les socialistes, du « multiculturalisme » et de l’accueil de tous les malandrins de la terre sur un sol qui ne peut les supporter et face à un peuple qui ne les « encaisse » plus ?

Tout ça au nom de différents traités européens que vous avez approuvés (et même signés du haut de votre éminente fonction) et des accords de Schengen, pierre angulaire de la libre circulation des populations chère à la mondialisation « libérale et libertaire », voir « débridée » (oh mon Dieu, je l'ai dit!), que l’humanisme « désintéressé »  des gouvernants en place (vos « camarades », donc) a érigée en mode de transformation du « Peuple de France ».

Vous vous plaignez des odeurs qui accompagnent l’installation illégale de ces gens inopportuns, de leurs pratiques « chapardeuses », des nuisances inhérentes à leurs campements sauvages… Cela me surprend, surtout maintenant que vous n’aspirez plus qu’à jouir d’une paisible retraite au calme, loin des tumultes de la vie. Voyez-vous, je trouve que vos discours sont marqués du sceau de la xénophobie, du racisme même, du refus de la mixité et de l’union des cultures, et rappellent « les heures les plus sombres de notre Histoire ». D’ailleurs, votre attitude contraste beaucoup avec ce que vous dénonciez l’an passé, notamment que « toutes les civilisations ne se valent pas » D’une « humaniste de gauche », j’aurais pu attendre des mots plus compréhensifs et plus chaleureux, des bras davantage ouverts, des initiatives plus accueillantes…

Remarquez, quand j’observe bien le réel, je m’aperçois qu’aucun de vos amis socialistes, de vos alliés pipolitiques « green » ou d’autres mouvances de la « gôoche décontractée » n’accueille dans ses propriétés privées, bâties ou non, le moindre représentant de ces brigands itinérants venus des anciens pays de l’Est… (ah mais c'est vrai, j'oublie, qu'aucun membre de votre aile n'est un possédant terrien, d'après les déclarations de patrimoine que Choupinet vous a imposé; ceci expliquant donc cela). Mais c’est vrai que, plus généralement, ils préfèrent les faire prendre en charge par les contribuables locaux à travers des « aires d’accueil » où ils ne payent rien et où des budgets sociaux s’ouvrent largement à leurs demandes sans qu’ils ne s’acquittent de la moindre cotisation ou de la moindre ponction anale fiscale.

Notez, Madame le Premier ministre, que votre vécu est celui de millions de Français obligés de subir les conséquences néfastes de la politique que vous avez initiée et que prolongent, en l’aggravant, les représentants de votre parti, à l'exception, peut-être, de la Valseuse qui contraste avec tout le reste de votre profane clique…

Aussi, après un temps d’hésitation, immensément tortueux, mais certes explicable, il m’est venu à l’esprit que l’expérience de l’arroseur arrosé que vous vivez est tout à fait réjouissante et qu’elle ne laisse nulle place à la moindre compassion…

Mais je peux quand même être charitable : ne pensez-vous pas qu’à la lumière du réel vous pourriez ouvrir les yeux et prendre conscience de la nocivité de cette immigration, légale et illégale incontrôlée, qui détruit notre espace civil, social et sociétal? Et qu’il serait encore temps pour vous de joindre vos efforts aux efforts de ceux qui demandent la limitation de l’immigration illégale, un moratoire sur Schengen, et un contrôle plus strict des flux migratoires annuels? C’est à ce prix que vous pourriez devenir crédible, car on ne peut accepter que vous dénonciez les conséquences de faits dont vous chérissez les causes.

Avec mes salutations qui, pour ne pas être cordiales, n’en sont pas moins civiques. J'espère que vous puissiez retrouver bientôt toute la quiétude de votre gentilhommière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire