lundi 16 septembre 2013

Une semaine de plus: Bienvenue dans la 4e dimension


Quelle ouffissime semaine!

La semaine dernière, nous apprenions un poil goguenards que le fiston de TOURAINE avait quelques démêlées avec la police. Une petite incartade qui a valu au rejeton du minustre une entrée fracassante dans le top 3 des « fils de » condamnés du gouvernement de la France (après FABIUS et TAUBIRA). Le petit garnement a été incarcéré à la Santé avec une condamnation de 3 ans fermes! On remerciera au passage maman, qui, force de sa médiation avec la victime, lui aura permis de bénéficier de correctionnelle en lieu et place d'assises (eh oui, chers lecteurs, la séquestration est un crime puni au pénal).

Gabriel REVEYRANT DE MENTHON (rien que ça!), c’est son nom, a été reconnu coupable, à 22 ans, d’extorsion de fonds avec séquestration… Pas mal pour un jeunot! Les faits sont accablants: il s’est introduit dans la maison d’une retraitée, l’a menacée avec une (fausse) arme de poing pour lui piquer son blé. Classe. Sans doute n’a-t-il pas eu la chance d’avoir, sous les yeux, la charte de la République Démocratique de France si chère à PEILLON, un collègue de sa maman… Précisons quand même que maman a écrit à la victime, pour s’excuser (il fallait bien ça). Par contre, la miss, bien qu’elle paye l’impôt sur la fortune, n’a pas encore jugé bon d’acquitter l’amende à laquelle a été condamné son garçonnet (3990 euros à verser à la victime). Un peu de patience, mon petit bonhomme. Avec un peu de chance, avec la prochaine loi pénale signée par mamie TAUBIRA, tu écoperas d’une peine dite « de probation » qui te conduira en immersion dans une maison de retraites de Neuilly avec une Kalachnikov, histoire de voir si tu résistes à la tentation de faire quelques cartons sur les vieilles aux poches pleines d’oseille pour leur piquer leur chipolata-purée de la cantine… Mais là où on est vraiment embêté, c’est pour Thomas FABIUS. On le pensait vainqueur haut la main du quinquennat des « fils de… » escrocs. Mais là, mon Thomas, va falloir te sortir les doigts, parce que le petit Gabi, tu nous excuses, mais il te la met minable!

Revenons à pépère, soucieux de l’avenir des barons qui l’ont fait Roi. Ce corps -non pas d’élites- mais délité, sans le soutien de qui son élection aurait été absolument impossible, au prix certes de quelques compromissions, commence à sentir le vent du boulet… Mars 2014 arrive à grands pas et tous commencent à flipper de l’exercice démocratique grandeur réelle qui se profile. En effet, il semblerait que le clientélisme habituel ne suffise plus à garantir des réélections tranquilles. Bien au contraire. Alors l’exécutif est prié « d’acheter » rapidement quelques votes socialistes avec 1 ou 2 cadeaux à un électorat tenté au mieux par l’abstention au pire par un vote bleu Marine. D’ailleurs, reconnaissons une certaine franchise à l’exécutif : en employant le terme de « pause » fiscale, il admet sa tactique: on arrête le matraquage pour quelques mois, le temps de sauver les meubles aux municipales et aux européennes et on reprendra la saignée après. C’est vrai, quoi, déconnez pas : quand on fait une « pause » sur l’autoroute par exemple: vous rouliez avant, vous prenez votre café dégueu à 4 euros et vous faites pipi dans des chiottes dignes d’une gare désaffectée Vietnamienne et vous repartez après, non? Ben là c’est pareil. Sans compter que ce que ces peintres appellent « pause fiscale » comprend en fait 3 milliards de hausses de prélèvements, en plus d’une hausse de la TVA, d’un rabais du quotient familial, un rabot des niches fiscales -injustes- (sauf celles des journalistes et des membres du gouvernement, cela va s'en dire), et une augmentation des cotisations retraite

Eh oui petit bonhomme! C’est ça, une « pause fiscale » dans un océan de « justice fiscale » où « 9 français sur 10 ne seront pas touchés » par les hausses d’impôts… D’ailleurs, même le très rose Monde s’inquiète cette semaine de la « confusion fiscale » qui règne aujourd’hui au sein de l’exécutif qui aboutit à un scepticisme (un euphémisme?) de 7 français sur 10 quand on leur parle de cette fameuse pause. D’ailleurs, le même article souligne que pour soigner une croissance qui ne (re)vient pas toute seule, (quelle gueuse quand même putain!), pépère est obligé d’aider les entreprises en leur promettant au moins de la stabilité fiscale… et donc de ponctionner encore et toujours les ménages…

Ceci étant, autant pour lutter contre le chômage, on est à peu près à court d’idées une fois remis au goût du jour les bons vieux jobs publics et subventionnés, autant pour ce qui est de saigner toujours plus la société civile, là on n’est jamais à court d’imagination quand on est socialiste. Ainsi dans la prochaine loi de finance on n’augmentera pas (trop) les impôts, mais on va élargir leur assiette. Pas con le Normal. Ainsi, on va considérer que les intérêts des PEL et autres assurances-vie sont des « revenus » et doivent donc être imposés comme tels. Bref, il y a fort à parier que le concours LEPINE de l’impôt nouveau n’est pas fini et que nous allons encore prendre très cher en 2014.

Résultat : les français ne sont pas si idiots. Ils font de moins en moins confiance au gouvernement. Selon L’Express et l’Ifop cette semaine, le gouvernement perd des points sur tous les tableaux : lutte contre l’insécurité (-10pts) contre la pauvreté (-9pts), lutte contre le chômage (-8pts) à 25%!… Rappelons au passage le show de pépère sur TF1 le 9 septembre 2012, il y a un an : « nous devons inverser la courbe du chômage d’ici 1 an ». Et oui, il l’a dit. Et non, il n’y est pas arrivé. Faut dire qu’à ce moment-là, il y avait le feu. On l’avait vu en short, en polo, en maillot de bain, au café, sur la plage, sur la digue avec sa putain « concubine »… mais au charbon, jamais. Alors sous la pression de sondages catastrophiques, il fut obligé de balancer du n’importe quoi. Et aujourd’hui, il se le prend dans la gueule. « Happy Birthday, Mister président » … Et même si les emplois bidons financés sur la dette permettent de limiter la casse d’ici la fin de l’année, on aura bien compris son impuissance doublée d’une malhonnêteté intellectuelle jamais vue dans notre pays. 

Parlant de presse, pépère a publiquement fustigé Le Figaro pour avoir publié une interview de son nouveau meilleur ennemi: AL ASSAD, montrant ainsi la grande considération qu’il a pour un vieux principe débile appelé « liberté de la presse ». Bien que taxé de libéral, le socialisme est toujours tenté de revenir vers ses premières amours, les totalitarismes de type sino-soviétique. Voilà ce qui arrive quand on est trop habitué à une presse « sosu » (socialiste et subventionnée…)

Et quid de la sécurité? La Vallseuse s'en prend plein le cul aussi: les statistiques de l’insécurité explosent. Pourtant, le télégénique Manuel avait monté son propre outil de mesures, sur-mesure. En fait c'était surtout pour pouvoir faire dire aux chiffres à peu près ce qu’il voulait. Hélas, peine perdue, tous les indicateurs sont au rouge vif! Les atteintes à l’intégrité physique (+2,9%) et, parmi ­celles-ci, les violences sexuelles (+10,4%) ; les atteintes aux biens (+3,5%), parmi lesquels les cambriolages (+9,3%) ; enfin, les infractions économiques et financières (+5,9%). On ne dit pas si le cas de son ex-collègue CAHUZAC rentre dans cette dernière stat… Pire, dans ses indicateurs cibles, il y avait la «grande criminalité». Qui augmente depuis un an (+5,2%). Censé éclairer l’univers des vrais voyous, cet agrégat comprend 17 rubriques, du règlement de comptes (+10%) à la fausse monnaie (+14,5 %), en passant par les attentats à l’explosif contre des biens privés (+33,7%) ou les vols à main armée contre des commerces (+8,4%)… Les stups n’échappent pas à cette embellie du crime puisque les trafics et reventes de stupéfiants bondissent (+10,2%).

La mère FILIPETTI quant à elle a mis le feu au petit monde feutré de la culture par une politique partisane, brutale, sans cohérence déclenchant au passage une vraie tempête dans un verre d’eau qui ne fait rire que moi. Mais Aurélie rebondit cette semaine, avec un communiqué d’un sénateur socialiste qui s’en prend à elle, la qualifiant de « catastrophe ambulante de la politique ». Ce notable, Christian BOURCQUIN, par ailleurs président de la région Languedoc-Roussillon, l’accuse de « lâcheté » et « de ne pas être à la hauteur de sa mission ». La minustre n’a « fait que confirmer la réputation qui la poursuit », illustrant ainsi « l’idée aussi étonnante que pitoyable » qu’elle se fait de sa fonction.

Le minustre géographe du logement est en train de réussir de son côté un véritable tour de force. Celui, inespéré, d’arrêter complètement la construction de logements locatifs. En un mot, ce que mémère ne comprend pas, c’est que sans le propriétaire privé, il n’y a plus de marché de l’habitation locative en France donc pas de politique du logement. En clair, pour qu’un investisseur privé investisse dans un appartement qu’il destine à la location, il faut qu’il y ait un intérêt à le faire. Il faut savoir que le logement privé français appartient à des personnes physiques. Ces propriétaires ont en moyenne 1,8 lot d’une valeur de 340 000 euros. On est loin de multinationales ou des fonds de pension: ce sont des cadres ou des employés qui ont investi dans la pierre pour compléter une retraite incertaine. Avec la loi de Cécile, il vaudra mieux désormais investir dans des locaux commerciaux. Et avec l’encadrement des loyers, s'ajoute une taxe supplémentaire pour financer une ombrageuse Garantie Universelle des Loyers (tiens, prend toi ça dans la GUL), nouveau machin public qui soit-dit-en passant, va encourager les locataires à ne pas payer leur loyer, créer une supra-structure « de régulation » bourrée de fonctionnaires payés avec nos impôts et qui va alourdir la fiscalité sur les plus-values de cessions. Je sais pas pour vous, mais il va falloir investir dans les locaux commerciaux plutôt que dans des appartements!

Sans parler du double effet pervers absolument délicieux de l’encadrement des loyers : ce dispositif absolument génial va faire baisser les loyers les plus élevés donc bénéficier aux locataires les plus aisés tout en faisant augmenter les loyers de plus modestes (ajustement sous le niveau médian). On pensera à livrer du foin au ministère pour les déjeuners de la minustre!

Puisque les municipales approchent, entamons un petit tour de France des collectivités qui méritent un coup de projecteur. Cette semaine, c’est CLICHY (là où se situe le siège social de ma boîte), petite bourgade des Hauts-de-Seine (toutes proportions gradées hein, ce n'est pas Neuilly) dont le socialiste Gilles CATOIRE est le maire depuis 30 ans. Il semblerait qu’il règne dans sa mairie un climat de terreur parmi les employés municipaux. Pressions, harcèlement, clientélisme… Désespérés, une quinzaine de salariés de la ville ont tenté de mettre fin à leurs jours depuis le début du mandat de Gilou, dont au moins 3 ont réussi. Notre bon maire pourra fustiger le manque de compétitivité de son personnel…

Les élus sont nombreux à dénoncer un système mafieux avec, pêle-mêle : piston politique (il faut avoir sa carte du Parti socialiste et militer pour le maire si l’on veut bénéficier de certains avantages, voir sa carrière évoluer ou obtenir une HLM), copinages à tous les étages quand ce n’est pas le droit du cuissage du maire, (des personnes affectées à des postes inadaptés, des employés qui se mettent en arrêt de manière abusive, des proches du maire qui choisissent leurs horaires et font travailler les autres à leur place…), harcèlement et menaces grâce à des taupes qui remontent tout au Parrain–maire, taupes qu’on retrouve aux postes bien rémunérés et à responsabilité. Certains s’étonnent que la permanence du maire soit tenue à 80% par des employés municipaux. Notons d’ailleurs qu’il y a eu à la mairie 14 DRH successifs en… 10 ans! Pire, certains faits avérés de corruption sont aux mains de la justice notamment le cas des syndicats qui voyagent avec le maire au frais des contribuables. Trop sympa, mon Gillou! 

Passons à Mosco. Son budget 2014 va pointer le bout de sa lame. Il a d'abord commencé par avouer que, malgré une croissance inchangée par rapport aux prévisions (0,1%), le déficit déraperait à 4,1% visés contre les 3,7% initialement prévus. C’est d’ailleurs assez curieux que personne ne relève cette corrélation: encore si la croissance avait été largement inférieure, on aurait pu « comprendre » le dérapage budgétaire. Mais dans le cas présent, vu que la prévision de croissance reste inchangée, c’est tout simplement le signe que les dépenses publiques continuent de cavaler, contrairement à ce que nous chantent les guignols qui nous gouvernent. En clair, si les prévisions à 6 mois sont fausses au minimum de 0,4 points de PIB, celles, à 2 ans, qui correspondent aux engagements budgétaires de la France sont, elles, fiables à 200%! Des peintres vous dis-je!

Le va-t-en-guerre Pépère a aussi enfilé son treillis et son plastron il y a une quinzaine de jours pour aller taper sur les doigts de Bachar, suçant la roue d’un Obama en mal de reconnaissance internationale. Las, il a été obligé de reculer suite au coup de frein du président américain. Rebelote cette semaine avec l’initiative russe de contrôler internationalement le stock d’armes chimiques syrien. Et revoilà notre petit lieutenant obligé d’avaler son képi et d’attendre que les autres décident pour lui! Désireux de sauver la face du charlot, Najat et FABIUS ont entonné une ode à leur idole qui n’a rien à envier à la propagande nord coréenne : « si POUTINE a fait cette proposition à Bachar EL ASSAD, c’est parce qu’il y a été contraint par la volonté et la fermeté » de pépère ! On croit rêver… Et le plus drôle, dans cette histoire, c’est qu’on a appris jeudi que l’initiative de POUTINE était en fait négociée en sous mains depuis plusieurs jours entre les russes et les américains… En fait Normal est le cocu dans l’affaire, l’idiot utile, le couillon qu’on abandonne vent du cul dans la plaine? Passons à la suite...

A part ça, Ségo a eu un éclair de lucidité (si, si!), et c’est suffisamment rare pour être souligné : « résoudre les problèmes par des impôts nouveaux, c’est le degré zéro de la pensée politique ». Entièrement d’accord ma chérie. Dis-le donc à ton ex.

A part ça, mention spéciale à Michel DELEBARRE, maire socialiste de Dunkerque, qui cumule à lui tout seul 26 mandats et fonctions. Record absolu! (Merci à LePoint pour l'info)

A part ça, Christiane, il y a quelques années, a tenté de faire annuler la condamnation de son fils, accusé de complicité de vol. Au motif, écrit-elle alors dans sa requête, « que chaque fois qu’il subit un contrôle d’identité, la consultation du fichier le conduit invariablement au commissariat ». Le mieux, pour éviter la case commissariat, c’est encore de ne pas faire de conneries! Enfin je dis ça, je dis rien...

A part ça, on a rouvert en grand les vannes de l’emploi public : 36.000 nouveaux agents au premier trimestre 2013 contre 34.000 sur toute l’année 2012, chiffre sorti cette semaine dans un silence de cathédrale! (Merci aux Échos de l'info).

A part ça, dans sa folle imagination fiscale, le gouvernement a décidé de créer une taxe sur l’Excédent Brut d’Exploitation des entreprises. Un peu comme si, en plus de vous faire payer un impôt sur votre revenu net imposable, Bercy vous imposait sur votre salaire brut! Donc sur de l’argent que vous ne touchez pas! Ils sont fous!…

Allez, bon courage. De toute façon ce pays est foutu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire