vendredi 22 novembre 2013

Madame s'appelle Monsieur


Je vous invite à lire un article ici.

Un monsieur qui ne s'aimait pas monsieur est devenue madame. En langage d'aujourd'hui, on vous expliquera que le monsieur en question, indisposé par son corps et sa masculinité, a choisi, on suppose aidé en cela de chirurgiens, de médicaments adéquats et de conseils avisés de psychologues ouverts à la modernité, de devenir femme. Chacun son truc, n'spa?

Là où la chose se corse, c'est que bien évidemment notre administration, aussi lente que peu ouverte au progrès, n'a pas cru bon de valider ces modifications par un changement d'état civil de l'homme devenu femme. Monsieur serait donc psychologiquement et physiquement madame tandis que sur sa carte nationale d'identité madame demeure monsieur.

Vous avez suivi? ... Bien. On continue donc.

Madame, pour elle, monsieur, pour l'administration, prend le train. Un TGV reliant Lyon à Paris au début du mois de mai de cette année et, banalement, comme dans quasiment tout TGV, elle/il se fait contrôler par un contrôleur. Lors de ce contrôle, elle/il est amené à justifier de son identité. Sa CNI certifiant qu'elle est lui, le contrôleur, constatant  de surcroît que l'apparence physique et vestimentaire de l'individu n'est pas en adéquation avec son état-civil (et un billet nominatif), verbalise elle/il.

Pour justifier l'amende, 277 euros tout de même, l'agent notera sur le ticket de verbalisation (ici) la remarque suivante: "La personne se présente avec un titre [de transport] et une CNI valable [sans "s"] mais cette dernière se présente vêtue en dame. Cette dame s'appelle monsieur X".

Toujours en ligne? Ok, on continue...

Voilà maintenant que les associations progressistes et/ou subventionnées s'emparent de l'affaire: Horreur, malheur! C'est un cas manifeste de transphobie et de discrimination. Transphobie, mais c'est bien sûr! Qui aurait l'outrecuidance de supposer que le contrôleur puisse bénéficier, devant l'étrangeté de la situation, de la moindre circonstance atténuante. Le rustre! Le pas moderne! Devrait-il en bénéficier que la faute, parce que c'en est une, obligatoirement, doit en incomber à la SNCF qui n'a pas su ouvrir l'esprit de ces agents aux excentricités de ces congénères à la différence ! Grrrr, saloperie de SNCF rétrograde!

Face au danger que pourrait représenter cette affaire pour son image, vous vous en doutez, la SNCF présentera ses plus plates excuses à madame et lui remboursera intégralement l'amende indûment payée.

A la décharge de la SNCF, celle-ci n'est pas tout à fait rétrograde, il y a belle lurette que les toilettes, dans les trains, ne sont plus genrées. C'est déjà ça de gagné sur les aéroports ... 

Moralité de l'histoire?
1/ Un voyageur est frappé d'une amende alors qu'il a un ticket valable et,
2/ Il faut désormais présenter une "carte d'identité(s?)" pour prendre le train.

Je sais pas ce que vous en pensez, mais vous ne pourrez pas objecter à quel point nous vivons aujourd'hui dans un état policier...

Bref, ce pays est foutu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire