jeudi 23 janvier 2014

Revue politique de début d'année


Mes aïeux quelles semaines de reprise! La quenelle s’est invitée sur toutes les tables de France et de Navarre et la morue est restée au frigo alors que la gallinette frivole se payait une jolie tranche de scooter… Ça valait le coup d’attendre, non?

A quenelle, quenelle et demi… Les 2 dernières semaines ont été marquées par la quenelle qu’on a servie aux français à tous les repas, et à toutes les sauces. Au mépris total du droit d’ailleurs. Ce n’est pas le fond du discours du MBALA MBALA que je défends: je ne connais pas ses sketches et s’ils sont condamnables par la loi, il doivent l’être. Mais ce qui est pour le moins surprenant dans cette histoire, pour le moins, c’est d’abord comment ce monsieur et ses supposés spectacles sont devenus le problème N°1 de la France ces dernières semaines. Comme si le chômage avait disparu, comme si tout allait enfin bien dans notre pays, comme si c’était le combat des combats pour toute la clique qui nous gouverne. Et la presse, qui vit tellement bien de ses subventions et de sa bien-pensance, est allée à la soupe pour servir les intérêts d’un VALLS malin comme un singe (!!) et du culbuto qui est prêt à tout pour se (re)faire un semblant d’autorité.

Conseil d’Etat… PS ! Surtout, c’est l’avis du conseil d’état qui a été rendu en 2h la semaine dernière, à la demande du ministre, pour annuler une décision du tribunal des référés de Nantes autorisant finalement son spectacle. Jamais le Conseil d’Etat avait été saisi si vite, et surtout avait rendu un avis si vite… subordonnant donc sa décision au politique, contrairement à ce que tous les experts en droit évoquaient alors à longueurs d’antennes. On a donc interdit une manifestation alors qu’aucun trouble à l’ordre publique pouvait être invoqué à priori et surtout sans savoir si des propos condamnables allaient être tenus dans ce spectacle, évidemment, puisqu’on était en totale anticipation! Minority Report, en fait : dans cette super production US, il s’agissait d’arrêter des criminels avant qu’ils le deviennent… Mais si le crime n’est pas commis, sont-ils des criminels?

Police d’anticipation de faute morale! Le conseil d’état s’est abrité derrière «l’atteinte à la dignité de la personne humaine»… Pfiou ! Comme le souligne Jack LANG, socialiste et néanmoins spécialiste de ces questions, cette notion est boiteuse puisque se mêlent des considérations philosophiques et morales. Or le droit n’est pas là pour vérifier les faits en regard d’une morale quelconque. LANG toujours considère plus loin que le principe constitutionnel de dignité ne regarde en rien la police administrative dont le Conseil d’Etat est la plus haute juridiction. Sa protection relève du juge judiciaire, du législateur et éventuellement du Conseil constitutionnel. Enfin, cette décision marque un renversement de la jurisprudence: 
«Une profonde régression qui tend à instaurer une sorte de régime préventif, voire de censure morale préalable à la liberté d’expression».
ajoute-t-il dans son interview. D’ailleurs la preuve de cette porte ouverte à tous les fantasmes n’a pas tardé à se vérifier. La sublime Najat nous en a apporté la preuve dès lundi: 
«La jurisprudence DIEUDONNE a vocation à concerner des rassemblements politiques si des propos insultants pouvant être tenus». 
Nous y sommes : Je vous suspecte de vouloir insulter Mr X ou Mme Y dans votre réunion de ce soir, donc je l’interdis… 1984, on est en plein dedans les amis… Ou en Corée du Nord, chacun ses références !

Totalitaire un jour, totalitaire toujours. En matière de fonds de tiroirs, nos amis aux affaires sont des pointus. Après avoir passé 20 mois à faire les poches des ménages comme des entreprises, ils en sont à aller chercher absolument partout quelques sous planqués sous les matelas. Quitte d’ailleurs à oublier les principes d’un état de droit. En effet, cette semaine c’est le député PS Yann GALUT qui a sommé Johnny HALLYDAY de prouver qu’il n’est pas un évadé fiscal. Rien que ça. Sauf que, cher monsieur le député, dans un état de droit, ce n’est pas au citoyen de prouver son innocence, c’est au ministère public de prouver la culpabilité dudit citoyen. C’est une toute petite nuance mais qui a son importance puisqu’elle différencie, dans le fond, un état de droit avec un régime totalitaire. Ca s’appelle le renversement de la preuve. Il faut savoir que ce monsieur, élu de la république, base sa vindicte sur un reportage sur les HALLYDAY qui, a priori, passe relativement peu de temps dans son chalet de Gstaad, leur résidence fiscale. Donc c’est attaquable, selon le bon Yann. Mais mon gars, puisque tu regrettes les bonnes vieilles méthodes de POL POT, ce bon vieux cambodgien qui a massacré la moitié de la population de son pays au prétexte qu’il «valait mieux tuer un innocent que de laisser vivre un coupable», pourquoi ne t’exilerais-tu pas en Corée du Nord par exemple? Tu serais plus à l’aise idéologiquement et tu ne ferais plus de mal à notre démocratie…


Promesse tenue. Ils n’ont pas de limite. AUDIARD disait qu’ils osaient tout, et que c’était même à ça qu’on les reconnaissait. Cette semaine, c’est HAMON qui s’est illustré dans le JDD par une pirouette dont eux seuls ont le secret. Pour ce bon Benoit, qui pestait hier encore sur le libéralisme et qui ouvre aujourd’hui le marché de la distribution de verres et lunettes à la concurrence du net pour faire baisser les prix, ce bon Benoit donc a pris sa plume dans le JDD pour dire que la courbe du chômage a bien été inversée par le gouvernement. Le seul problème, selon lui, c’est que cela ne se voit pas encore! En fait, il est là leur problème: la croissance est de 5% par an, les déficits fondent comme neige au soleil, le chômage serait à 2% maximum de la population active… mais ces cons de français ne le voient pas! Merci Ben, il ne manquait que toi pour nous expliquer la vie en Hollandie!

Les chocs en Tocs! Il faut compter: depuis 18 mois, il y a eu 9 pactes, 7 chocs… Et on coule! D’ailleurs les audiences sont là pour nous dire que plus personne n’y croit à ses chocs! Et tout se passe comme si la communication était l’alpha et l’omega de l’action publique: on cherche la formule et on laisse faire n’importe quoi!

Logements et la loi DUFLOT: tout le monde dit que les décisions tellement nocives pour l’industrie du bâtiment et le marché de l’habitation que l’engagement a été pris auprès des acteurs que les décrets d’application ne seront jamais publiés!!!! Dévaluation totale de la parole politique! C’est pour faire que les verts restent au gouvernement: instrumentalisation de la loi pour servir les petits intérêts politiciens de la clique et du claque qui nous gouverne!

Pendant ce temps, « la pêche aux moules, moules, moules… » continue. HIDALGO ne sait pas où chercher des voix. Elle est allée en chercher quelques unes dans les culottes des femen. Sur twitter, la 1° Dauphine y est allée de son compliment pourri: 
«Je trouve les Femen émouvantes : j’ai de la bienveillance pour elles».
Emouvantes quand elles urinent sur le portrait du président, démocratiquement élu, ukrainien? Émouvantes quand elles miment un avortement, à moitié à poil, devant l’Autel de l’Eglise de la Madeleine? Pas bégueule, la chef de file du mouvement Inna SHEVCHENKO qui vient par ailleurs de recevoir son passeport français, s’est empressée sur Twitter: 
«HIDALGO supports Femen ! Femen supports HIDALGO»!
Voilà un soutien clair et net. Espérons que les parisiens sauront s’en souvenir… Bon, depuis la 1° Dauphine a pris ses distances… en déplorant «des méthodes contestables»… Alors, chère Anne, on flippe?

Souvenirs souvenirs… Mars 2008: 
«Et il y a le rapport à lui-même. Le sarkozysme n’est pas une doctrine, c’est un narcissisme. Un narcissisme compassionnel parce que le pire, c’est qu’il se plaint. Il nous parle de lui à satiété et ce que je demande aujourd’hui, c’est le droit de ne pas savoir. Mais, même quand on parle de lui, et qu’il a fait tout pour cela, il finit par s’en plaindre. Ce Président «m’as-tu vu» nous installe tous, citoyens, responsables publics, journalistes, en voyeurs. Nous ne voulons pas voir, nous voulons connaître les résultats».
C’était François Hollande, en 2008, alors 1° secrétaire du PS. Mais c’était avant…
Rupture… L’Elysée nous a précisé dès vendredi que la situation du couple «serait clarifiée» avant la conférence de presse de mardi. Heureusement avait-on envie de penser. Sauf qu’il n’en a pas été. Enfin pas tout à fait. Puisque si la rupture est bien annoncée, car ne soyons pas idiots c’est bien de cela dont il s’agit, entre Pépère et la 1° belle-doche de France, ce ne sont pas les services de l’Elysée qui s’en sont chargés. C’est Ségo herself! La madone qui, surprise du calendrier, était vendredi sur France 2! Interrogée, elle, le femme bafouée (enfin la première chronologiquement…) par le même petit gros à scooter… Et qu’a-t-elle déclaré? «il faut tourner la page maintenant»… Comme j’ai fait Ségo 2° langue, je vous le traduis: «François, dégage ta connasse et fous-moi au gouvernement…» Décidément, FEYDEAU doit bien se marrer…

La valoche n’a pas encore fait ses valoches… Il se murmure que Valé fait de la résistance. On la comprend, on devine la place relativement confortable… Et après tout, s’il faut de temps en temps se faire grimper dessus par le culbuto, le prix reste somme toute acceptable eu égard à la position: la richesse, un cabinet à sa botte, les représentations officielles, un rôle de fait, des égards et une certaine influence… On comprend qu’elle ne va pas lâcher trop vite, bobone… D’ailleurs, Paris bruisse que la mégère ferait quelque chantage affectif et que son coup de moins bien qui l’a amené directement dans une clinique parisienne le weekend dernier en serait une forme d’illustration. Ce sont des sources élyséennes qui racontent qu’elle serait prête à tout pour tenir jusqu’au voyage officiel de la Hollandie à Washington en février prochain… En tout cas, ne nous trompons pas: c’est son cabinet à elle qui a sorti l’info de l’hospitalisation… Donc elle parle encore… Ce serait drôle que Thomas HOLLANDE défende Valoche dans une procédure de licenciement abusif envers l’Elysée… Ils sont capables de tout…

87%: comme un symbole, une étude CEVIPOF est sortie lundi dernier. Il s’agit d’un baromètre donc une mesure dans le temps, une comparaison d’une période par rapport à une autre. Et bien pour 87% des français, les politiques ne se préoccupent pas d’eux. «Nous atteignons des niveaux vertigineux que nous n’avons jamais connus», constate le directeur du CEVIPOF. Plus loin, il souligne que «60% des Français considèrent que leur situation financière va se dégrader dans les prochains mois, 65% pensent que la situation du pays va se dégrader et 69 % considèrent que les entreprises françaises ne sont pas compétitives…» Et pendant ce temps, Zizi rider rejoint une starlette en scooter…

La 2° première dame. Ces derniers jours sont enfin apparues au grand jour les frasques sexuelles clandestines de pépère. Et qui dureraient depuis 2 ans, d’après les mieux informés du landerneau… Alors on allume tous les contre feux, on nous explique que c’est un problème de «statut de la première dame qui faut revoir»… Comme si les mensonges du culbuto impactait le statut publique de sa concubine officielle qu’il a lui même installée là où elle est… On s’est ensuite horrifié du non-respect de la vie privée du bonhomme sans jamais s’étrangler du fait qu’il passait vraisemblablement du temps à batifoler avec sa troubadour alors qu’il demande toujours plus d’efforts aux français… C’est au-delà du honteux, au delà du supportable. Et pendant ce temps, mémère lui met la pression en se faisant interner pour une durée indéterminée à la Pitié, tout un symbole…

Nom: GAYET. Prénom: Julie. Aurélie FILIPPETTI retrouve cette semaine les feux de la rampe. Pour revenir à la place qu’elle n’aurait jamais du quitter, ma chère chérie a tout fait ses dernières semaines pour revenir en grâce! Et quelle réussite, ma chérie! Quel talent! Quel retour flamboyant! Jugez plutôt: elle s’est d’abord félicitée du rachat du Nouvel Obs par la bande du Monde, puisque c’est un «trio qui a fait ses preuves». Il ne s’agit certainement de preuves «économiques» dont elle parle vu l’état dans lequel est plongé le fameux quotidien du soir (licenciements en pagaille, économies, plan social…) Non elle doit vraisemblablement parler des «preuves idéologiques» tant il est vrai que le journal est prêt à tout pour défendre FLAMBY et ses pieds nickelés… Ensuite, elle a osé la flagornerie envers la fraise des bois en nommant, par décret, la 1° maîtresse de la république, Julie G. au très prestigieux jury (4 personnes) de la Villa Médicis à Rome. Ben voyons! C’est vrai qu’elle a fait ses preuves «artistiques», la Julie: elle a fait une apparition remarquée et saluée par la critique dans le clip de campagne de pépère!… Elle est tellement contre les socialistes, qu’elle a finit dans le lit de l’ex-premier secrétaire. Une carrière de starlette de seconde zone qui risque fort bien de finir dans la fange de la culture d’état hollandiste… Julie, un conseil, refais ton CV puisque dès mercredi et cette révélation dans le Canard Enchaîne, Aurélie t’a radié du jury… Oups!

A part ça, Valls a été apostrophé par un habitant du quartier cette semaine lors d’une visite à Aulnay: «la France a d’autres problèmes que celui des quenelles. On vous a élu pour de l’emploi…» No comment.

A part ça, l’UNEDIC table sur une augmentation de 64000 chômeurs en 2014… Tu parles d’une inversion de courbe!

A part ça, les pauvres journalistes ne peuvent pas être partout : retenus à l’Elysée mardi, ils ont raté l’info: SARKOZY a été totalement mis hors de cause dans « l’affaire » KARACHI. Décidément, sale semaine pour Pépère…

A part ça, les chiffres continuent de donner leur triste litanie: le déficit a dérapé, de près de 3 milliards. Alors même qu’on a levé plus de 35 milliards en moins de 2 ans! Tout va bien… A part ça, rien!

Pour cette nouvelle année, quelque chose me dit qu’on va bien se marrer. Ou pas.

1 commentaire:

  1. Du croustillant comme on l'apprécie !!
    Et qui sait, une rubrique hebdomadaire des news les plus croustillantes ne serait-ce pas une bonne idée pour la nouvelle année ?:-)

    RépondreSupprimer