dimanche 13 avril 2014

Bilan de la semaine au gouvernement


Une merveilleuse semaine de plus en république populaire française qui a consacré l’incompétence crasse et le copinage poussé au paroxysme. Une semaine où l’on se dit vivement qu’on revote, parce que les tocards qui nous gouvernent semblent ne pas avoir bien compris le message des dernières élections…

On se souvient peu des conditions d’arrivées de notre ami DESIR à la tête du PS, dont chacun dans cette secte bolcho-bobo semble découvrir l’incompétence. Il faut savoir qu’à l’automne 2012, à peu près tous les rentiers de la socialie française étaient à peu près d’accord pour mettre CAMBADELIS, un autre repris de justesse, à la tête de la rue de Solferino. Et puis une poignée de ministres qui se pensaient importants, les LE FOLL, PEILLON, VALLS, MONTEMACHIN se sont ligués pour imposer Harlem, un type qui ne ferait ni vague ni emmerdements. Un incompétent qui laisserait tout le monde à peu près tranquille. Alors forcément, c’est rigolo de les voir tous s’étrangler aujourd’hui devant l’incompétence du tocard! C’est justement parce qu’il était mauvais qu’ils l’ont mis là! Mais qu’on se rassure, il a trouvé un joli point de chute: un secrétariat d’état, rien que ça! Cela se passe comme ça, en république populaire. Quand on est mauvais, quand on met un parti en mort cérébrale, quand on prend une dérouillée historique aux élections, et bien au est promu au gouvernement! En même temps, si la compétence était le seul critère de recrutement de ceux qui nous dirigent, il y aurait une sacrée vacance du pouvoir!

Souvenons-nous des faits d’armes de notre ami Harlem! Au-delà d’avoir pris un parti qui comptait 55% des villes de plus de 9000 habitants et de le laisser avec moins de 38% de ces mêmes villes, il nous en a sorti quelques-unes, le garçon. On se souvient d’ailleurs de sa décision courageuse, relatée ici, d’imposer au candidat socialiste de Tarascon de ne pas se maintenir au deuxième tour pour faire barrage au FN! Il ne savait pas, le couillon, qu’avec 6% des voix, ledit candidat ne pouvait pas se maintenir! On se souvient de la belle affaire de Léonarda: Harlem avait, contre toute attente, déjugé son patron, en exigeant le retour de toute la smala sans aucune condition… Rappelons que l’ex pote a brillé au Parlement de Strasbourg par son absence et sa non implication: il n’a participé qu’à 50% des votes de l’assemblée européenne ce qui le place à la 752e place sur 766 députés européens! Il n’a posé que 14 questions parlementaires (601ème) et n’a amendé que 12 rapports (660e). Et on en fait l’interlocuteur français de nos partenaires européens… A part chier sur son pupitre en plein Conseil Européen, je ne vois pas comment exprimer mieux le haut niveau de respect de la France socialiste pour les institutions européennes…

Ainsi en Hollandie on fait tourner les copains. JOUYET intègre l’Elysée au poste de secrétaire général, parce que bon, la BPI et la Caisse des Dépôts, il en avait un peu fait le tour, Jean-Pierre… La conséquence, c’est qu’il fallait recaser l’ancien secrétaire général, Jean-Pierre LEMAS. Cela tombe bien, on va le foutre à la Caisse des Dépôts, c’est chauffé et bien payé… On se souvient, quand même, comment pépère avait hurlé comme une vierge effarouchée au moment où Sarko avait envisagé d’installer MUSCA à la CDC… « C’est la confirmation d’un pouvoir aux abois qui est en train d’essayer de verrouiller l’appareil d’Etat à quelques mois des élections », avait-il alors déclaré, jugeant que la CDC se devait d’être impartiale étant donné le « rôle prépondérant qu’elle joue dans notre économie »… Ben quoi? Il y a que les cons qui ne changent pas d’avis… Et c’est son avis, à Pépère, et il ne voit pas pourquoi il en changerait!

Coté économie, on a touché du gros, du lourd, du très haut niveau. Bercy faisait marrer le monde entier sous le prof d’allemand avec 7 ministres qui ne pensaient pas du tout la même chose mais qui avaient le mérite de représenter toutes les sensibilités du PS. Le tout sous la responsabilité d’un pseudo bellâtre plus feignasse que l’on voyait plus aux terrasses des cafés de St Germain des Prés qu’à son bureau. Ils ne sont plus que deux mais tout aussi antinomiques! Mon gros SAPIN, pour aller pleurer à Bruxelles et supplier l’indulgence des arbitres européens pour l’incompétence de Normal. Et le baron MONTEBOURG, le mec qui visite Florange avec ses BERLUTTI, qui voit des boucs émissaires partout et qui fait toujours, tout le temps et en tout lieu le mauvais choix. Ce qu’on verrait, les amis: ils ne parleraient que d’une seule voix, jamais un avis contraire, à travailler main dans la main… De la fine équipe, quoi… Et en vrai, il n’a pas fallu attendre une semaine pour que, grâce à eux, les Français passent encore pour des peintres! Lundi, ils étaient tous les deux à Berlin, mais pas pour la même réunion. D’ailleurs, ils ont pris deux avions séparés, histoire de bien montrer qu’ils sont deux… Et qu’ont-ils déclaré, tous les deux, au même moment, aux medias? Pour le gros SAPIN, c’est évident: « la croissance ne passera que par la réduction des dépenses publiques… Des économies budgétaires avec des décisions difficiles mais que nous assumeront pleinement pour faire en sorte que l’ensemble des engagements pris par la France puissent être respectés »… Pour le Baron, par contre, ce fut l’exact opposé dans le discours: il a fustigé l’Europe de l’austérité, de la rigueur, qui ne va pas dans la bonne direction. Pour lui, « la question des comptes publics est accessoire par rapport à la croissance. La croissance, c’est elle qui créé les emplois. Les comptes publics ça ne créé aucun emploi, ça peut même en détruire.» A Bercy, il n’y a pas une semaine, on nous avait chanté le temps de la cohérence, de la cohésion et de l’action… Cela commence bien, les mecs

L’Italie ne nous suivra pas. Choupinet se voyait bien faire une coalition de cancres avec l’italien RENZI pour faire plier l’Europe. On serait deux, ce serait plus simple pour faire comprendre à nos partenaires qu’après tout, on peut attendre un peu pour baisser le déficit… Notre Culbuto pensait compter sur un soutien de poids: il est jeune, il est de gauche et il est volontariste. Raté, RENZI a dégainé le premier, et c’est du très lourd. Il a dévoilé lundi ses objectifs budgétaires et il en a profité pour confirmer son intention de respecter les règles européennes en matière de déficit. L’ancien maire de centre gauche de Florence compte ainsi le ramener à 2,6% du PIB, cette année, après 2,8% en 2013, notamment via un plan d’économies drastiques… Là où la France visait 3,9% en 2013 et a atterri à 4,3%! Une paille! Il paraît que pépère n’était pas content du tout… Si même les cancres nous passent devant et fayottent auprès la maitresse Angela, on va vraiment avoir du mal…

« Si tu annules tout, je reviens ». En substance, c’est ce qu’aurait écrit la madone du Poitou, l’allumée de La Rochelle, la tarée du chabichou. Et elle aurait sans doute eu raison, la preuve: il a viré bobonne, rangé au placard Julien Point G qui a disparu aussi subitement des écrans radars qu’un Boeing malaisien, foutu son prof d’allemand à la retraite définitive, celui-là même que Ségo jugeait minable… Et la revoilà, l’allumée du marais poitevin! En sirène insubmersible! C’est dire si la fraise des bois est dans la mouise! Rappeler son ex, c’est qu’il avait vraiment besoin d’une béquille… Bon, pour le reste, elle n’a pas changé d’un pouce! Elle a commencé par foutre le boxon sur le dossier sensible de l’écotaxe avec une déclaration qui a énervé tout le monde, obligée qu’elle fut en une semaine de rétropédaler, expliquer, démentir… Et puis le Figaro nous apprend cette semaine que Pépère est obligé de décrocher lui-même le téléphone pour trouver un mec qui accepte de bosser avec elle! Pas un type ne veut être secrétaire d’état dans son ministère! Partout où elle est passée, ses collaborateurs ont été humiliés, déclassés, virés… Et l’ennui, c’est que ça se sait! On n’a pas fini de se marrer… Faut dire qu’on a de la chance: le premier ministre n’a jamais caché ni son mépris pour son patron ni son ambition présidentielle, une ministre qui se trouve être l’ex du taulier, une ministre de la justice qui hait franchement le premier ministre… et les deux zéros de Bercy qui n’ont mis que quelques heures avant de se canarder par medias interposés

Bon, Manu est là et il faut que ça se sache: monsieur Manu est là pour liquider les errements et les erreurs des deux années précédentes! Il liquide l’AYRAULT, tout simplement. Lui qui veut « redonner confiance aux entreprises », lui qui veut « apaiser », lui qui veut « baisser les impôts ». Ben les gars, si ça continue, il va être plus dur avec son ancien patron qu’avec Sarko! C’est dire! Fallait l’entendre à l’Assemblée, mardi: en 45 minutes, il a surtout égrené une longue liste de réductions d’impôts en tout genre. D’ici 2016, 30 milliards de charges sur les entreprises vont disparaitre comme par enchantement. Puis c’est l’impôt sur les sociétés qui va baisser (bon, ok, d’ici 2020!) à 28%, impôt que le précédent gouvernement a augmenté dans des proportions effrayantes effarantes, rappelons-le. Les ménages les plus modestes vont « recevoir » 5 milliards d’allègements fiscaux… Ben mon cochon, t’a trouvé du pétrole dans ton jardin d’Evry ou quoi? Parce qu’il va bien falloir financer tout ça, surtout qu’en même temps on doit réduire les déficits pour tenir les engagements sur lesquels pépère s’est engagé. Et c’est ça le plus drôle: depuis qu’on le lui demande, pépère et ses sbires passés maitres dans l’art subtil de l’enfumage nous servent les fameux 50 milliards d’économies que les medias nous crachent à longueur de journées: à Bruxelles, il chante que ces milliards seront utilisés pour réduire l’endettement et le déficit. Ici, il nous raconte que c’est pour l’emploi via son pacte à deux balles avec les patrons. Maintenant, Manu le promu nous explique que ça va financer grandement les réductions d’impôts en tout genre à venir! On continue gentiment à nous prendre pour des cons, ça c’est clair… En tout cas, il est désormais évident que VALLS, c’est le liquidateur du nantais! Même ce grand journal, appelé Le Monde, parle de « rupture fiscale » à propos du programme qu’on qualifierait aisément d’électoral du naturalisé. Dernier symbole, dernière banderille dans le dos du prof d’allemand, pour retenir les khmers verts dans son équipe de tocards, il était prêt à revenir sur l’aéroport Notre Dame des Landes… C’est dire si du passé récent, il veut faire table rase… Un qui est droit dans ses bottes, en tout cas, c’est le culbuto! L’air satisfait, le gros, comme si la politique qu’il a menée depuis deux ans avait été une réussite éclatante!

Fallait l’entendre, le naturalisé, à la tribune de l’Assemblée! On aurait pu croire qu’il arrivait après un gouvernement qui n’était pas de sa couleur politique: il a attaqué « la feuille d’impôt trop lourde », « les augmentations répétées de prélèvements » qui « n’ont pas épargné les classes moyennes ». « Il faut en finir avec l’inventivité fiscale qui génère une véritable angoisse chez nos concitoyens » a-t-il encore asséné, comme s’il n’était pas coresponsable de ce désastre de quinquennat! On croit rêver! En clair, il a gentiment lâché plus de 25 milliards! Plus le CICE, déjà à 20 milliards, et les 10 prochains à venir dans le cadre du pacte de mes deux… Pfiou, on accumule les milliards, là, non? Bon, la vérité, c’est que comme il n’y aura pas un centime d’économie, qu’on va tout faire pour dire merde à nos partenaires européens, qui feindront de ne pas entendre, et bien c’est encore la dette qui va gonfler! C’est bien, on est déjà tout prêt des 2000 milliards… un peu plus ou une peu moins, après tout… Bon, ce qu’il faut souligner, c’est que les fameux « allègements fiscaux » annoncés par l’autre, ça annulera à peine les augmentations d’impôts iniques du gouvernement ZERO, quand pépère pensait qu’on pouvait saigner le contribuable comme un goret! Ben oui, la frénésie fiscale, c’est un suicide collectif! Bon, il faut juste se dire que tous ces cadeaux ne sont pas financés et que ce sera encore et toujours la dette qui colmatera les trous. Et merde à l’Europe!

Pendant ce temps, on fait du neuf avec des vieux, c’est à dire qu’on prend les mêmes et on recommence, on en a déjà parlé. Sauf que pour certains, la pilule ne passe pas. Ainsi la momie FIORASO, qui était ministre sous ZERO devient secrétaire d’état. On ne comprend pas trop le changement, mais bon, après tout, on ne s’étonne plus de grand-chose, dans cette Hollandie. Peu importe le titre, elle garde le même portefeuille, les universités et l’enseignement supérieur. Sauf que cette fois-ci, les patrons et profs d’université se mobilisent pour dire tout le mal qu’ils pensent d’elle… C’est vrai qu’après la culture, profondément marquée à droite, l’université est un bastion d’électeurs conservateurs… En quelques jours, une pétition a recueilli plus de 8000 signatures pour dire Non à la momie qui semble faire l’unanimité contre elle! Les signataires précisent « qu’en renommant celle-ci au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le président de la République et le nouveau premier ministre prendraient néanmoins le risque de heurter de front la communauté universitaire française. Ce serait un risque politique supplémentaire, inutile, pour un pouvoir déjà affaibli par la défaite électorale sans précédent qu’il vient de subir ». No comment.

A l’assemblée, cette semaine, ils étaient 11 à ne pas voter la confiance. Et ils sont une petite centaine, chauffés à blanc par M AUBRY en direct de Lille, qui trépignent… Et comme par hasard, l’exécutif a attendu le lendemain du vote pour annoncer les nominations aux postes de secrétaires d’état… Comme par hasard, on retrouve quelques bons vieux gauchistes qui témoignent de cette volonté d’apaisement affichée: Hormis cette intelligence pure qu’est Harlem DESIR, Laurence ROSSIGNOL fait son entrée, cette sénatrice socialiste qui avait eu l’honnêteté de dire ce qu’elle pensait: à savoir que les enfants n’appartenaient pas à leurs parents mais à l’état. Le gros CU-VILLIER, qui retrouve les transports, sous l’égide de la tarée du Poitou alors même qu’il la défonçait via Twitter la semaine dernière. Normal. Bref, pépère fait le DRH de son parti en lambeaux, après avoir été le fossoyeur de sa propre œuvre, le fameux socialisme municipal.

Ensuite, mardi, nous avons eu la chance de recevoir un tweet de Najat, toujours ministre des droits des femmes. L’action politique, ça la connaît, Najat. Complètement, entièrement. D’ailleurs, à part la promotion de l’idéologie du genre et une appli pour le salaire des femmes au travail, on ne voit pas trop à quoi elle sert. Et ce tweet, d’ailleurs, concernait cette fameuse appli: « ce mardi notre appli blablabla est passée devant CandyCrush ». Tout ça avec notre pognon… L’évaluation de l’action des ministres, c’est assez simple… En tout cas, vous saurez où et quand les sanctionner…

Le monde de la culture est plutôt sympa avec ma chérie, FILIPETTI. C’est vrai qu’elle a dû faire face à la première fausse promesse d’HOLLANDE, le désormais célèbre « budget de la culture qui sera sanctuarisé »… alors que son ministère a vu ses crédits baisser le plus. Bref, elle conserve son poste puisqu’elle n’a pas fait trop chier. En tout cas, le monde de la culture précise pudiquement que son bilan au ministère après deux ans est « mitigé ». A part s’engager courageusement pour le maintien d’une des plus grandes escroqueries qui soit, à savoir le statut des intermittents du spectacle en criant que le « patronat voulait tuer la culture », pour le reste, c’est assez mystérieux. Ah, si, elle avait proposé Julie Point G au jury de la Villa Médicis. C’est dire si elle a tout fait pour être aimée du patron, ma chérie…
A part ça, HIDALGO est à son niveau. Le nouveau maire de Paris a accueilli avec enthousiasme la nomination de DESIR à l’Europe: elle a salué «un grand spécialiste des dossiers européens.», «Franchement, souligne-t-elle, je pense que Harlem DESIR, dans cette fonction de secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, va pouvoir déployer sa connaissance et les réseaux qu’il a pu cultiver.». Entre tocards, il faut bien s’entraider.

A part ça, Valoche twitte encore: alors que son ex arrive au Mexique, elle fout gentiment la pression sur la diplomatie avec un tweet dont elle a le secret. Elle soutient Maud VERSINI dont le mari mexicain a enlevé les enfants. Pépère a apprécié.

A part ça, le baron MONTEMACHIN fout désormais une caméra dans sa bagnole. Comme ça, on le voit vraiment tout le temps. Cette semaine, il en a profité pour allumer son ancien patron, ZERO, en soulignant que sous son règne, c’était l’administration qui dirigeait le pays tellement le premier ministre manquait d’à peu près tout.. Ses électeurs, les fonctionnaires, apprécieront…

A part ça, à Evry, trois étrangers mineurs ont violé une jeune française pour le simple fait qu’elle était française, vu que selon eux « toutes les françaises sont des putes ». Les bienpensants se font discrets.

Et dans le registre pute toujours, la Manufacture des Gobelins a fait incarner la reine Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI, par la prostituée Zahia.

Putain d’époque, c’est le cas de le dire.

A part ça, rien.


Ce pays est foutu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire