mercredi 6 août 2014

Le pouvoir en vacances après la vacance


Voilà que l’on reparle du fiston FABIUS. L’enfant gâté ne tient décidément pas en place. Et c’est toujours à la rubrique « justice » qu’il fait parler de lui. Ces derniers temps, des casseroles remontent à la surface, un peu comme des valises pendant une douce nuit italienne, à proximité du Costa Concordia en train de se coucher sur le côté… Le fiston, qui n’a jamais bossé de sa vie, aurait eu une dette de 2 millions d’euros au Casino de Monaco. Perte compensée, il paraît, par les gains réalisés dans un prestigieux casino londonien: 11 millions d’euros! Rien qu’à la roulette! Mais là où ça devient drôle, c’est que la dette n’a en fait jamais été remboursée! Et le casino monégasque a effacé le compte débiteur du fifils à Fafa… Prétextant une anomalie dans la partie qui aurait couté sa place au croupier… Croupier qui a été réintégré quelques jours plus tard, d’ailleurs! De fil en aiguille, le fiston, qui avait été vu il y a une dizaine de jours dans les rues parisiennes au volant d’un coupé sport forcer un barrage de police, intéresse les juges sur son train de vie…

Pendant ce temps, CAZENEUVE, ministre de l’intérieur, chef de l’ordre républicain, et des cultes, montre son incurie, sa non connaissance des dossiers, son ignorance coupable en se croyant autorisé, comme tout bon socialiste, à donner des leçons de « républicanisme ». C’est pour cela qu’il s’est autorisé à déclarer: « Quand on est Républicain, on ne distingue pas entre les enfants de Gaza, les chiites de Mossoul et les jeunes syriens ». Parce que c’est bien connu, ceux qui se font massacrer à Mossoul, ce sont les chiites! Ce serait drôle si ce n’était pas si dramatique pour les chrétiens d’Orient: mais avec de tels « soutiens », c’est sûr qu’ils ne sont pas tirés d’affaires, les malheureux…

Sur le plan de l’économie, c’est le grand chelem! La dette frôle les 2000 milliards, et elle continue de grimper. Le déficit, en 2013, s’est établi à 4,3 % du PIB (au lieu des 3% attendus et fanfaronnés une grande partie de l’année). Et bien sûr le chômage, à plus de 5,3 millions de personnes sans emploi, toutes catégories confondues. Pire: depuis son élection, on en est à plus d’un demi-million en plus! C’est certain, du point de vue des performances économiques, pépère réalise un Grand Chelem!

Mais il n’y a pas que là: l’insécurité, elle aussi, bat tous les records! C’est assez simple, tous les indicateurs sont au rouge avec pour la première fois le franchissement de la barre des 500 000 faits de violence sur la période 2013-2014! Du jamais vu…

Et la pauvreté? Là aussi, record absolu: 8 millions de pauvres fin 2013, c’est historique, alors même que nos déficits sociaux explosent les planchers! C’est simple: plus on dépense, plus y a de pauvres! Efficace, la politique sociale socialiste…

Record encore « d’inaudibilité » de la parole de la France sur la scène internationale: quand pépère l’ouvre, tout le monde s’en fout, comme le prouve encore le récent exemple ukrainien… Conséquence, Choupinet aura réussi à faire de l’Allemagne ce qu’elle n’était pas encore: une puissance diplomatique! Angela peut le remercier!

Et on finira, comme la conséquence de tout le reste, par le record d’impopularité. Entre 18 et 21% de bonnes opinions, selon les sondeurs. Du travail d’expert!

Sinon, il faut le savoir, quand la CGT ou SUD pourrit le quotidien de dizaines de milliers de français, ils terminent toujours par reprendre le travail… après quelques jours de congés! Non, vous ne rêvez pas. C’est un compte-rendu de réunion des délégués du personnel CFDT Cheminots Paris Sud-Est qui actent noir sur blanc qu’après une grève, les salariés-combattants qui en font la demande, obtiennent « par coutume » quelques jours de congés pour récupérer. On ne rigole pas. Cette fois-ci, à l’UP de Bercy (UP voulant dire, sans rire, « Unité de Production »), cela n’a pas été possible. D’ailleurs les con-tribuables habitués à subir les grèves le savent bien: à la fin d’une grève, le « retour à la normale » ne s’effectue générale que 48 à 72 h après la signature de l’accord. En fait, ce temps de latence s’explique par les congés de fin de grève pris par les grévistes, pour récupérer, congés accordés par une direction complice de ce foutage de gueule organisé! Ainsi, dit la note, « les salariés éreintés par la grève ont donc été forcés de rester en grève jusqu’au lundi afin de pouvoir reprendre un peu leur souffle »

Tant qu’à parler de sociétés publiques (si, si), EDF, société d’état de production d’électricité, avait prévu d’augmenter ses tarifs de 5% au 1er août. Mais c’était sans compter les actions de la tarée du Poitou, la Madone du chabichou, la cinglée du Marais Poitevin. Le 19 juillet dernier, sur BFM TV, la voilà qui décide, unilatéralement et sans aucune concertation, d’annuler cette hausse, histoire de bien caresser les clientèles socialistes dans le sens du poil. « J’efface la hausse de 5% » déclare la furieuse. Or il se trouve qu’EDF est une entreprise cotée en Bourse. Et consécutivement à cette annonce, qui a un impact mécanique sur la rentabilité de l’entreprise, le titre a chuté en bourse: à la mi-journée, le titre perdait 12%: 5,9 milliards d’euros se sont volatilisés! Pour contrecarrer les effets désastreux de cette boulette à plusieurs milliards, Matignon a vite fait savoir qu’une « hausse modérée » des tarifs serait implémentée à l’automne. L’action d’EDF terminait journée en enregistrant une baisse de plus de 7,5% à 24,60 €, faisant maigrir la valeur globale de l’entreprise de 3,8 milliards d’euros! Or, l’état possédant plus de 84% du capital de l’entreprise, et ce comportant donc comme un méchant capitaliste actionnaire, c’est son propre actif qu’il a déprécié.

A part ça, la grand-messe socialiste de LA ROCHELLE se prépare dans les meilleures conditions mais alors que les jeunes socialistes rivalisent d’inventivité pour célébrer l’icône de la famille (JAURES), l’i-conne (SEGO) se rendra, elle, aux journées d’été des Verts. Se faire marcher sur la gueule par les autres, c’est toujours mieux que de se faire cracher dessus par ses propres amis.

A part ça, la préfecture de police de Paris est aux abois: il semblerait qu’au 36, siège de la PJ parisienne, quelques 52 kilos de cocaïne aient disparu. On serait sur la trace d’un brigadier, actuellement en vacances à Perpignan… Franchement, avec plus de 50 kg de came, aller passer ses vacances dans un camping de Perpignan, franchement, faut vraiment être un fonctionnaire

A part ça, la reprise ? Ben tu ne la reverras plus. Il semble que la rentrée va encore être compliquée sur le plan de l’économie: chômage, croissance, déficits… tout semble indiquer que la catastrophe annoncée est prévue pour septembre.


A part ça, rien, comme d’hab.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire