vendredi 31 octobre 2014

Delirium tremens pour la majorité et syndrome de Kleine Levin pour l'opposition


Vous le savez, la situation économique du pays se dégrade semaine après semaine. Le chômage empire, les chiffres du pouvoir d’achat sont désastreux, le mal logement s’amplifie, et, pire encore, aucune perspective crédible d’inversion ne se dessine.

Ce tableau général est largement corroboré par mes contacts avec la société civile. De toutes parts m’arrivent des bruits d’amplification du marasme ambiant. Rien de statistique, mais les dépôts de bilan ou fermetures d’activités de petits commerces se poursuivent à rythme soutenu, les ventes immobilières sont atones, de nombreux petits employeurs affirment avoir dû comprimer leurs effectifs, ...

Pendant ce temps, que proposent ministres et députés de la majorité? Ont-ils pris la mesure de l’abîme qui se présente à nous? Jugez par vous même ...

Le gouvernement annonce un recours accru aux contrats aidés, 80.000 de plus en 2015. On ne sait évidemment pas comment ces contrats seront financés, et naturellement, aucun ministre ne semble vouloir tenir compte du fait qu’aucun plan antérieur de contrats subventionnés n’a produit la moindre baisse du chômage.

Fleur PELLERIN, qui n’a pas plus lu BASTIAT que MODIANO, annonce une taxe fantastiquement intelligente sur les cartouches d’encre pour financer un conseil national du livre dont j’ignorais l’existence, mais sans lequel, n’en doutons pas, pas un seul livre ne se vendrait encore …

Deux députés PS, Sylviane BULTEAU et Jean CRESTA, demandent « subtilement » au ministre des finances s’il envisage de « réguler » les ventes immobilières de particulier à particulier en ligne, arguant que ces ventes, échappant aux réseaux traditionnels, engendreraient un « manque à gagner » de 312 millions d’Euros en taxes. Naturellement, ils ne se demandent pas ce que les usagers du bon coin font de ces 312 millions de « non-manque à gagner », sans mentionner que quoi qu'il arrive, des droits de mutations seront à payer (5.70% tout de même sur le prix, les plus élevés du monde!!).

N’oublions pas le petit amendement chafouin obligeant les entreprises voulant engager des stagiaires à obtenir un certificat auprès de l’inspection du travail.

Ai-je mentionné que l’usine à gaz du compte de pénibilité entrait dans sa phase de mise en œuvre opérationnelle?

La clause de la loi HAMON obligeant toute entreprise cherchant un repreneur à avertir les salariés en avance entre en vigueur en novembre, et ne sera pas supprimée.

Un amendement renforce la répression contre tous ceux qui prétendent s’affranchir du monopole public le plus dispendieux et inefficient qui soit, l’assurance maladie connue sous le sobriquet de sécu. Il vaut mieux cambrioler des maisons que militer pour la liberté de choix des assurances sociales dans ce pays.

Et enfin, cerise sur le gâteau, un certain Gérard BAPT, député PS, a fait passer un amendement conduisant à assujettir les dividendes de SA/SAS versés aux dirigeants et créateurs, aux charges sociales, plus de 60% de taxes sur une masse qui subit déjà un des Impôts sur les Sociétés parmi les plus élevés du monde. « Entreprenez, entreprenez, il en restera toujours quelque chose… pour l’État ! ».

Bref, on oscille entre gesticulation ridicule et taxation mortifère, laquelle achèvera de tuer toute velléité d’investissement productif de moyen et long terme dans notre pays. Alors que celui-ci aurait besoin de voir l’énergie de ses entrepreneurs libérée, tout semble fait pour les étouffer. M. VALLS ne sait que répéter l’acronyme « CICE, CICE » dont les 40 milliards qu’il représentera, dit-on, dans 3 ans, ne sont encore qu’une promesse. L’ambition réformatrice du gouvernement paraît bien pâle, et sa majorité semble prête à multiplier toutes les imbécillités pour rendre son travail encore plus ardu.

Le chef du gouvernement se dit « pro business »? Pourtant, il n’a pas empêché l’amendement BAPT de passer. La droite? Elle devait dormir, puisque ce n’est que 5 jours après le vote de l’amendement qu’un député UDI, J.-C. FROMANTIN, s’est aperçu de cette hérésie, félicitations tout de même à lui pour avoir su sonner le réveil. Quant à l’UMP, les dirigeants dorment encore. Prompts à mobiliser leurs troupes contre le mariage gay, issue ô combien principale, n'spa?, quoiqu’en pensent les plus conservateurs de mes lecteurs, ils sont en revanche incapables d’alerter les foules contre un assassinat délibéré de l’économie française par des idéologues économiquement aux abois. Le même reproche vaut contre les organisations patronales, qui auront attendu 6 jours après le vote de l’amendement BAPT pour se rendre compte qu’il y avait peut être un léger souci …

Si l’opposition est d’un niveau tellement faible qu’elle ne peut même plus réagir correctement aux hérésies nées dans les rangs de la majorité, on ne voit pas comment un changement de politique positif pourrait émerger de la fin du décidément désastreux quinquennat de François Hollande.

Ce pays est foutu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire